Haut Oued Lakhdar

Oued Lakhdar : cultures irriguées en plein lit majeur de la rivière
Assif Aït Bou Guemmaz : exemple de résurgence froide aménagée (canalisée)
Assif Aït Bou Guemmaz à Tabant, loin en aval de ses sources
Assif Aït Bou Guemmaz : Bâti rural et Arboriculture traditionnels
Lac temporaire d'Izourar : pelouse de montagne, à l'amont de l'Assif des Aït Bou Guemmaz

Haut Oued Lakhdar

  • Pays: 
    Maroc
  • Numéro du site: 
    2372
  • Superficie: 
    2'200 ha
  • Date d’inscription: 
    16-04-2019
  • Coordonnées: 
    31°39'N 06°26'W
Le matériel présenté sur ce site web, et en particulier les cartes et l’information territoriale, est tel qu’il apparaît dans les données disponibles et n’implique en aucune manière l’expression d’une opinion quelconque de la part du Secrétariat de la Convention de Ramsar concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou zone, ou de ses autorités, ou concernant la délimitation de ses frontières ou limites.

Panorama

Le site comprend Aït Bou Guemmaz et Aït Boualli Aifsir, deux affluents du cours supérieur de l’oued Lakhdar sur les versants septentrionaux du Haut Atlas central, à 1350 mètres d’altitude et plus. Il englobe le cours principal des oueds et leurs sources ainsi que les vallées escarpées couvertes de forêts et de végétation pré‑forestière. C’est l’un des rares écosystèmes fluviaux de montagne permanents d’Afrique du Nord encore à l’état naturel ou semi‑naturel. Le débit d’eau soutenu en été fait du site un point chaud de la biodiversité et de la conservation avec de nombreuses espèces endémiques au plan local ou de l’Afrique du Nord. Les vallées sont marquées par des vergers et des champs de céréales irrigués de façon manuelle qui remontent jusqu’aux limites supérieures de l’eau permanente. Le site est riche en poissons, reptiles et mammifères ; il y a des espèces endémiques telles que la vipère naine de l’Atlas (Vipera monticola) et des espèces menacées telles que le barbeau de l’Atlas (Luciobarbus ksibi) Vulnérable au plan mondial et le macaque berbère (Macaca sylvanus) En danger. Les communautés locales ont acquis des connaissances traditionnelles relatives à la gestion de l’eau et aux pratiques agropastorales. Différents acteurs gèrent le site et les zones inondables. C’est aussi un site d’intérêt biologique et écologique presque entièrement intégré dans le Géoparc mondial M’Goun de l’UNESCO.

Région administrative: 
Région de Beni Mellal-Khénifra (Province d'Azilal)

  • Inscriptions légales internationales générales: 
    • Bien du patrimoine mondial
  • Inscription légale nationale: 
    • Site d'Intérêt Biologique et Ecologique
  • Date de dernière publication: 
    23-07-2019