Basse Vallée du Couffo, Lagune Côtiere, Chenal Aho, Lac Ahémé

Le lac Toho
Mirador sur la portion sacrée de la lagune côtière à Ahloboe dans la commune de Ouidah
Cormoran sur les piquets d'Acadja sur le Lac Ahémé
Coucher du soleil sur la lagune côtière à Grand-Popo
Lâcher de jeunes tortues marines à Grand-Popo
Pêcheur sur le Lac Ahémé
Pont de fortune sur la lagune côtière dans la commune de Ouidah
Pont entre le Lac Ahémé et le Chenal Aho sur la Route Nationale Inter Etat Cotonou-Lomé
Portion de mangrove sacralisée sur la lagune côtière à Grand-Popo
En route pour la visite de l'Aire Communautaire de Conservation de la Biodiversité de la Bouche du Roy à Grand-Popo

Basse Vallée du Couffo, Lagune Côtiere, Chenal Aho, Lac Ahémé

  • Pays: 
    Bénin
  • Numéro du site: 
    1017
  • Superficie: 
    524'289 ha
  • Date d’inscription: 
    24-01-2000
  • Coordonnées: 
    06°47'N 01°51'E
Le matériel présenté sur ce site web, et en particulier les cartes et l’information territoriale, est tel qu’il apparaît dans les données disponibles et n’implique en aucune manière l’expression d’une opinion quelconque de la part du Secrétariat de la Convention de Ramsar concernant le statut juridique de tout pays, territoire, ville ou zone, ou de ses autorités, ou concernant la délimitation de ses frontières ou limites.

Panorama

Le site se trouve au sud du Bénin et a été agrandi en 2018, pour passer de sa superficie d’origine de 47 500 hectares inscrite en 2001, à plus de 524 000 ha, et englober les vallées des rivières Couffo, Mono et Sazué. Ce site et le Site Ramsar n° 1018 « Basse Vallée de l'Ouémé, Lagune de Porto-Novo, Lac Nokoué » couvrent ensemble tout le littoral du Bénin, formant un complexe de zones humides vaste et important. Le site offre un habitat aux tortues et aux oiseaux migrateurs et un lieu de frai aux poissons, crustacés et mollusques. Ses marécages à mangroves, ses prairies inondées et sa savane boisée accueillent environ 233 espèces d’oiseaux et plus de 90 espèces de poissons. La faune très diverse comprend plusieurs espèces menacées comme la tortue imbriquée (Eretmochelys imbricata), le lamantin d’Afrique (Trichechus senegalensis), Brycinus carolinae (un poisson à nageoires rayonnées) et le hocheur à ventre roux (Cercopithecus erythrogaster). L’on a dénombré 364 espèces de plantes appartenant à 100 familles notamment les Poaceae et Rubiaceae. Parmi les activités il y a le tourisme, la pêche qui emploie environ 10 000 pêcheurs et la production de sel, de vin de palme et de maïs. Le caractère sacré de certaines mangroves, par exemple, ajoute une valeur sociale et culturelle au site. Les principales menaces sont la surexploitation des mangroves, l’érosion des sols due à l’exploitation illégale du bois et l’érosion côtière. Le Site Ramsar coïncide avec la Réserve de biosphère de Mono inscrite par l’UNESCO, à laquelle s’applique un plan de gestion, avec la participation des communautés locales.

Région administrative: 
Sur le plan administratif, le site 1017 s’étend sur quatre Départements : Atlantique, Mono, Couffo et Zou

  • Inscriptions légales internationales générales: 
    • Réserve de biosphère de l'UNESCO
  • Inscription légale nationale: 
    • ACCB de la Bouche du Roy
    • Aire Communautaire de Conservation de la Biodiversité (ACCB) de la forêt de Naglanou
    • Aire Communautaire de Conservation de la Biodiversité (ACCB) du Lac Toho
    • Aire Communautaire de Conservation de la Biodiversité (ACCB) du Vodounto
    • Aire Communautaire de Conservation de la Biodiversité (ACCB) de Adjamey
  • Date de dernière publication: 
    16-10-2019